Actualités


Thiès : Oumar Diallo, un escroc à grande échelle sous les verrou

XALIMA NEWS:

Que de truands intelligents dans ce Sénégal, Oumar Diallo, c’est un tailleur qui habite au quartier Thialy, et travaille au marché central. Le 15 Mai 2012, une opération de la police avait permis, d’arrêter, les nommés : Balla Diallo, qui est le grand frère de l’escroc, de Doume Dione, et Mamadou Ndiaye, beau frère du trafiquant de chanvre indien qui était visé. Mais le bonheur des uns est le malheur des autres. Flairant les flics, ce dernier a pris la poudre. Mais malheureusement, son beau frère qui fumait dans la chambre a été appréhendé. Continuant le travail entamé, l’odeur du chanvre les attirait dans une maison, et sans forte résistance, ils arrêtèrent, Balla Diallo et Doume. Ils trouvèrent par devers eux deux cornets de chanvre et un joint déjà entamé. Conduits au poste de police de Nguinth, commandé par l’officier de police Ndiaye, comme tout bon parent, Oumar Diallo s’est présenté pour s’acquérir de la situation. Après avoir fait semblant d’entrer dans le bureau du Commissaire, il est ressorti pour dire aux deux familles des interpelés, que le commissaire lui a garanti de les laisser partir, si chacun d’entre eux donnait la somme de 30.000frs Cfa. Parce qu’il y a un journaliste (Frédéric Diallo) qui habite, le quartier de Thialy, qui avait déjà écrit un article dans cette affaire, avant même que la police ne fasse l’opération. Prenant Frédéric Diallo comme son appât. Il ajoute, que ce papier a fait la une de facebook, que le monde entier a lu. Mais ces dernières lui répondirent qu’elles étaient pauvres et ne vivaient que du jour au jour. Ne se décourageant pas, il change de tac tic, en réentrant dans le couloir et revint, leur dire que le commissaire a diminué ce qu’il avait demandé; «chaque famille peut donner 15.000frs, c’est vraiment abordable» répète-t-il ; mais la réponse était toujours la même. Du fait que son astuce n’avait pas marché, il change de stratégie. Il demande au chef de poste qui avait la sécurité des trois bandits, qu’il voulait voir son frère Balla Diallo qui était dans le violon, avec les autres. En face d’eux, il les insuffle les mêmes propos qu’il a tenus à leurs familles, n’épargnant même pas son frère. Doume Dione qui avait avide de liberté, lui mit en rapport avec son épouse qui attendait au dehors, pour que cette dernière lui remette les 5.000frs qu’il lui avait confiés, et quand il sera libéré, il va faire du «taba taba» pour compléter les 10.000frs qui restent. L’escroc va voir la dame Yacine Diaw, l’épouse de l’écroué ; qui ne pense qu’à la liberté et lui encaisse les 5.000frs. Et notre truand, de reprendre le même chemin. Longtemps resté dans le couloir, il revient leur dire que le commissaire va libérer Doume, demain matin. A la grande surprise de l’épouse de celui qui avait donné une avance de 5.000frs, son mari est déféré au parquet. Interpellé ; Oumar Diallo garantit que ce dernier sera relaxé dès son arrivée au tribunal, mais malheureusement, ils ont été mis sous mandat de dépôt, puis jugés et condamnés chacun à un mois ferme pour usage de chanvre indien. Quand le journaliste a été informé de ce bruit sui courrait, pouvant compromettre sa personne et celui du commissaire. Il saisit le commissaire pour lui mettre au courant et demande qu’une procédure soit entamée. Au moment où ce papier est en train d’être traité, Oumar Diallo, l’escroc attend d’être déféré.
Frédéric Diallo Xalimasn correspondant à Thiès


 
Découverte de pièces historiques à Dakar après de fortes pluies
Des pièces historiques de plusieurs milliers d'années, dont des tessons de poterie, outils en fer et objets de parure, ont été découverts à Dakar après de récentes pluies diluviennes, ont indiqué lundi à l'AFP des chercheurs de la première université publique du Sénégal.

Selon Alioune Dème, enseignant-chercheur à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), ces pièces archéologiques, toujours en cours d'analyse, pourraient remonter à une période comprise entre 7.000 et 2.000 ans avant Jésus Christ.
Ces pièces ont été mises au jour après les fortes pluies enregistrées à Dakar le 26 août, dans le quartier de Ouest-Foire (nord-est de la capitale), a expliqué Moustapha Sall, également enseignant-chercheur à l'Ucad.
"En visitant une zone inondée, je suis tombé par hasard" sur ces pièces archéologiques exhumées, qui comprennent notamment des "tessons de poterie, des coquillages perforés qui sont des restes d'aliments réutilisés en objets de parure, des scories en fer et des pierres microlithiques dont des lamelles qui devaient servir à couper (des objets) ou dépecer", a affirmé M. Sall.
"L'eau a décapé le sable et mis au jour ces objets archéologiques. Des ouvriers m'ont dit avoir trouvé pas mal de tessons (de poterie) et de coquillages" sur le site abritant de nombreux chantiers de construction qui menacent de perturber les fouilles envisagées, a-t-il ajouté.
"Nous allons faire l'analyse (approfondies) des objets trouvés et les envoyer au laboratoire" dans un institut de l'UCAD spécialisé dans la datation des vestiges historiques, a précisé Moustapha Sall.

(AFP)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site