Historique

 


 

Bienvenue sur le

site des Mbodjienes

le site est créé dans le but de regrouper, d'informer et de s'informer .


 

Le roi du Waalo portait le titre de brak. Ce royaume connut de nombreuses guerres entre les différentes dynasties voulant régner sur le royaume. Trois dynasties se disputaient le pouvoir : les Loggar d'origine Maure, les Diouss ou Dyoos d'origine Sérères (voir: Ndoye Demba), et les Tedyek d'origine peul. Les peuples majoritaires dans le Waalo sont les Wolofs, les Peuls, les Toucouleurs, les Sarakhollés et les Maures trarza. Le Waalo est considéré, dans la tradition orale wolof, comme le lieu de naissance de la langue et de la culture wolofs, suite au brassage culturel des divers peuples de la région. Ndiadiane Ndiaye, ancêtre mythique des Wolofs, bien avant l'empire du Djolof dont il est le fondateur, avait été élu chef en ce lieu, après avoir émerveillé la population par sa sagesse et ses apparitions miraculeuses. Avant son arrivée dans la région, des propriétaires terriens sérères, lamanes de clan Ngom, et Peuls de clan Diaw, occupaient les lieux, à l'époque de l'Empire du Ghana ou du Wagadou. Le mot brak, nom du souverain, serait dérivé de Barka Bo Mbooc (Mbodj), nom du premier successeur de Ndiadiane Ndiaye. Pour d'autres, il serait issu du mot arabo-berbère, Baraka ou Barka, signifiant le bienfaiteur.

Le royaume s'est longtemps battu contre les Maures trarza au nord, les Toucouleurs voulant islamiser le royaume très réfractaire à l'islam, bien que les musulmans aient toujours cohabité avec ceux pratiquant la religion traditionnelle. Dans le Waalo les femmes étaient connues pour leur courage. Dans la tradition orale du Waalo sont souvent évoqués les actes de bravoure des femmes face aux ennemis du royaume. Le grand suicide collectif des femmes du village de Nder dans le Waalo en 1820 constituait un acte de résistance face aux Maures. La reine du Waalo Ndjeumbeut Mbodj, qui a régné avant sa sœur Ndaté Yalla Mbodj, s'était mariée à Dagana le 18 juin 1833 avec le roi des Maures Trarza, Mohamed El-Habib, pour rétablir la paix entre le royaume du Waalo et le royaume du Trarza. Leur fils Ely Ndjeumbeut a régné sur le Trarza entre 1878 et 1886.

Ndeté Yalla, reine du Walo

Au Waalo, le brak était élu par le seb ak baor, représentant l'assemblée des grands électeurs, le diogomay qui est le maître des eaux, le diawoudine maître de la terre, gouverneur des Kangame chefs de provinces, le Maalo trésorier du royaume. Le brak était choisi parmi les trois dynasties du royaume, il devaient appartenir par le lignage maternel Meen, et a l'une des trois lignée. L'héritier était choisi parmi les fils des sœurs du brak et non parmi les fils du brak, la société du Waalo étant matrilinéaire. Les familles: Diaw ,Wade, Mbodji, Ndiaye,Ndiouck, Diop constituaient les clans les plus puissants du Waalo, tous d'origine wolof. La capitale du Waalo était la ville de Ndiourbel, actuellement dans ville de Rosso en Mauritanie. En 1702, le brak Yerim Mbagnick, transfère la capitale à Ndiani. En 1783 la capitale est à Khouma, puis enfin à Nder. Les provinces et sous-provinces du royaume sont : Riket, Maanga, Gammalo, Marwayal, Tungeen, Njaw, Njuwar et Nalewu, toutes dirigées par les différentes dynasties, et les divers membres de l'aristocratie. Le Waalo était délimité par l'émirat du Trarza au nord, le Fouta-Toro à l'est, l'océan Atlantique à l'ouest, le Cayor au sud, et le Djolof au sud-est.

Les Français réussiront en 1859 à annexer le royaume avec la dernière grande reine du Oualo, Ndaté Yalla qui s'est battue avec acharnement contre les Européens et les Maures. C'est à la bataille de Diouboulou, que l'armée dirigée par Faidherbe battit l'armée dirigée par Ndaté Yalla. C'était le 22 février 1855, date à laquelle commence la colonisation du Waalo et du Sénégal.

Le château de Richard-Toll, construit par le baron Roger

Après la victoire des colons européens sur le Waalo, les colons durent lutter pendant plusieurs années contre notamment le fils de Ndaté Yalla, Sidya Ndaté Yalla Diop et contre les tiedos du Waalo qui résistaient de façon dure et très éprouvante pour les colons. Les tiedos détruisaient systématiquement toutes leurs installations, les marchandises et toutes les infrastructures. Ils pratiquaient aussi le pillage. Les gouverneurs autochtones, que les Européens avaient installés, résidaient au château de Richard-Toll.

Le Waalo vivait de la production de l'indigo, du mil, du coton, du melon, de la canne à sucre, la gomme arabique, et du poisson. La pêche était très rentable : le Waalo a un littoral qui touche l'océan Atlantique. La Traite Atlantique fait son apparition avec l'installation des premiers Européens au XVIIe siècle.

Le Waalo entra en contact avec les Européens très tôt dans l'histoire de l'Afrique, notamment avec la création du comptoir de Saint-Louis, qui est aujourd'hui l'une des principales villes du Sénégal.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site